Ma vie en Technicolor

techni

Jeudi, 21 Février 2013
Nous somme jeudi matin et je constate que cette compagnie de merde qu’est Technicolor n’a pas été foutue de déposer ce qu’ils me doivent dans mon compte!!

Vous en avez manqués des bouts? Normal, car je voulais attendre un peu avant de vous mettre au parfum, histoire de voir la suite des choses.

—————————-

Récapitulation des évènements

Mercredi, 23 Janvier 2013
Une connaissance que j’aime bien communique avec moi dans le but de savoir si je serai intéressé à changer de boulot, car elle crois que la compagnie pour laquelle elle travaille qui, détail, est un de mes anciens employeurs, aurait un poste qui pourrait m’intéresser.

Excité, je lui fais part de mon enthousiasme, car ça fait longtemps que l’idée de retourner dans le domaine de la post-production vidéo me trotte dans la tête.

Pour plus de détail, voir mon précédent billet.

Vendredi, 1 Février 2013
Je suis convoqué pour une entrevue où tout se déroule bien.

Un peu plus tard dans le journée, je reçois par courriel leur offre d’emploi que j’accepte sans hésiter.

Dimanche, 3 Février 2013
Mon futur boss, que nous appellerons « Daniel » par soucis d’anonymat, me confirme par écrit que je peux annoncer ma démission la tête tranquille car, même si je n’ai pas eu la chance de le revoir pour la signature de l’offre d’emploi, je suis officiellement engagé par Technicolor!

Lundi, 4 Février 2013
Le lendemain, je reçois une nouvelle offre d’emploi (révisée) et une brochette de documents à signer, allant de formules des traditionnelles retenues à la sources, à de nombreux  formulaires de politiques internes.

Mercredi, 6 Février 2013
On me confirme qu’ils ont reçus les documents signés, et que tout est en ordre! Je commence officiellement deux jours plus tard, soit le 8 février.

Vendredi, 8 Février 2013
Je me présente à mon nouvel emploi, et Daniel m’informe qu’il a oublié de m’envoyer un formulaire. Il me le remet alors pour que je le signe, histoire de leur donner la permission de s’assurer que je n’ai pas fait de « vols de banques » dit-il à la blague.

C’est alors que je l’informe qu’on risque d’avoir un problème, car en 1990 j’ai fait une connerie, qui m’a valut une amende de $250 et un casier judiciaire pour offense mineure. Je l’informe également que Technicolor était bien conscient de la chose, car on m’avait interrogé à ce sujet lors de ma première embauche et, visiblement, ça ne l’est avaient pas empêchés de m’engager.

En fait, bien que je ne le cris pas sur tout les toits, je n’ai jamais caché ce sombre détail. D’ailleurs, je l’ai même mentionné à deux ou trois reprise sur ce blogue. M’enfin…

Cela étant dit, après signature dudit document je me retrouve dans un autre bureau, où une employé prend ma photo qui va servir à produire ma carte d’employé (telle qu’elle figure sur la photo ci-haut). Elle appelle alors le département des ressources humaines pour obtenir mon numéro d’employé. On l’informe que je n’aurai pas de numéro avant le mardi suivant, chose qui surprend ladite employée, car ce n’est visiblement pas comme ça que ça se passe généralement. Déjà là, je commence à avoir un mauvais feeling…

Mardi. 13 Février 2013
« Pas de nouvelles, bonnes nouvelles » me dis-je bien écrasé devant ma boite de courriels, c’est alors que je tombe sur ce message…

capture2mdf

Pour moi la suite des choses étaient assez prévisibles, mais j’essaye de me convaincre que c’est peut-être moins pire que je le pense…

Jeudi, 14 Février 2013
Tel que demandé, je me retrouve assis devant Daniel et un type que je n’avais jamais vu, que nous appellerons « Roger » pour les besoins de la cause.

Dans un premier temps, tel que je m’en doutais, on m’informe que suite à leur démarche, ils ont trouvés que j’avais un dossier criminel et, étant donné que le contenu dudit dossier est « relativement » confidentiel, ils me demandent de leur décrire la teneur des accusations et les circonstances les entourant.

Après avoir terminé mon récit, les deux étaient d’accord que c’était assez mineur comme délit, mais que les nouvelles politiques internes, résultantes d’exigences de certains de leurs clients, les obligent à être plus sévère, voir by the book pour ce qui est des gens ayant un dossier criminel.

Inutile de vous dire que je ne me suis pas gêné pour leur faire la morale, à savoir qu’en temps normal, un background check se fait toujours AVANT une embauche. Bien qu’ils ont fait attention de ne rien dire d’incriminant, ils étaient tout les deux d’accord avec les exemples que je leur ais donnés, soit que c’est avant la signature d’un bail ou avant d’émettre une carte de crédit qu’on fait une enquête, pas après!!!

D’ailleurs, en parlant de carte, avant de partir chez moi dans l’attente de leur verdict, je leur ai demandé si ils préféraient que je leur remette ma carte d’employé, au cas où leur réponse serait négative. Vous auriez dû voir la tête de Roger qui, visiblement, était abasourdi de voir que j’avais déjà une carte magnétique en ma possession, alors que selon leurs termes je n’était pas encore officiellement un employé  de Technicolor (!!).

D’ailleurs, il a jeté un regard furtif dans la direction de Daniel du genre « Tu ne m’avais pas dis ça, toi! »

Vendredi, 15 Février 2013
Comme entendu, je reçois un courriel me convoquant à une autre réunion, et cela en fin d’après-midi.

Cette fois-ci, Roger est remplacé par « Nancy », qui est responsable des ressources-humaines. Ce ne fut sans surprise qu’on m’apprend que malheureusement, suite aux nouvelles politiques internes, ils ne peuvent pas m’embaucher et, en guise de compensation, ils m’offrent six journées de salaire (soit le vendredi que je devais faire, plus une semaine pleine), cela en plus de la journée qu’ils me doivent.

Personnellement j’ai trouvé ça assez ordinaire, surtout que la loi parle de deux semaines de préavis. Le seul hic, c’est quand on lis la lettre que l’on m’a remis lors de ladite réunion, on constate qu’ils ne parlent pas de  « congédiement », mais plutôt de « rétraction de l’offre d’emploi », en précisant que

« Tel que clairement stipulé, cette offre d’emploi était conditionnelle au résultat de l’ensemble des vérifications pré-emploi. »

Hum… Bizarre ça… Le gars a 8 heures de travail à son actif, il a en sa possession une carte d’employé, il a eu une confirmation par écrit qu’il était officiellement embauché, mais il n’est pas considéré comme étant un employé. Surtout si on considère que ladite vérification a été faire APRÈS l’embauche.

« Relations Humaines ». Tellement ironique comme terminologie…

Cela dit, j’ai justement profité de la présence de Nancy pour, de nouveau, leur faire valoir ma façon de penser, car je suis pas mal certain que la responsabilité de cette pathétique tragédie revient en grande partie à notre amie des ressources-humaines, quoique je crois comprendre qu’une partie revient également à notre ami Daniel. ¹

En fait, depuis le début j’étais persuadé qu’il n’était que pris en sandwich, jusqu’au moment où Nancy m’a indirectement reproché de n’avoir rien dit sur mon passé obscur au moment où j’ai signé le document en question. J’ai alors demandé si elle faisait allusion au formulaire que Daniel m’a tendu lors de mon premier quart de travail,  c’est alors que ce dernier a essayé de répondre à ma place et, du tac au tac, semble avoir essayé de dévier la conversation. C’est alors que je suis revenu à la charge en reposant ma question et, dès que Nancy m’a précisé qu’il s’agissait bien du document en question, je lui ai alors mentionné que j’avais pourtant avisé Daniel de la chose, ce à quoi il a répondu qu’il ne m’avait pas entendu.

Le seul hic, c’est qu’il m’a  très bien entendu! Il m’avait même répondu un truc du genre « Ah oui, c’est vrai! ». Détail qui m’avait surpris car, confidentialité oblige, je ne savais même qu’il était au courant. Il avait alors tenté de dédramatiser la situation via quelques banalités. pour finalement conclure avec un truc du genre « Fais-toi en pas avec ça, ça va bien aller! » 

—————————-

Il est présentement 21:32. Plus de 12 heures se sont passés depuis la rédaction du premier paragraphe de ce billet.

Quelques minutes après avoir écrit ledit paragraphe, j’ai reçu un téléphone d’excuses de la part de la responsable de la paie, m’informant qu’elle a posté deux chèques la veille, car elle n’avait pas remarqué ni la directive concernant le dépôt direct, ni le chèque spécimen que je leur avait laissé. Elle profite de l’occasion pour m’indiquer les montants des deux chèques, montants qui me semble trop élevés.

Après consultation des bordereaux (qui me fut envoyés par courriel), je constate qu’ils m’ont visiblement versé beaucoup trop d’argent, et j’informe Daniel de la chose, en me permettant une craque (voir la phrase surlignée en jaune).

craque

Je dois d’ailleurs admettre que la plupart de mes échanges de ce matin avec Daniel furent assez acides, (dont celui-ci entre autre), mais je ne m’en veux pas trop, car je considère que mon agacement est plus que légitime!

Suite à cette (autre) erreur, ils ne savent visiblement pas quoi faire. La responsable de la paie est supposé me téléphoner, mais rien ne se passe. Exaspéré par une telle démonstration d’incompétence, autant de la part de ladite dame que de Daniel, je suggère à ce dernier d’émettre un autre chèque, et de faire un arrêt de paiement sur les deux autres.

Hallelujah! Semble-t’il que j’ai eu l’idée du siècle! Calvaire!! Me semble qu’il ne faut pas un DEC pour penser à une telle solution!!

Inutile de vous dire que je ne veux plus rien savoir de cette compagnie de merde!

D’ailleurs, au moment de la rencontre avec Daniel et Nancy, cette dernière m’a dit un truc du genre « Si un jour tu fais ta demande de pardon et que tu l’obtiens, communique avec nous et on t’engage sur le champs! ». Ce à quoi je lui ai fait remarqué qu’elle ne devait pas trop compter là-dessus, car autant que j’étais excité de retravailler pour Technicolor, autant que mon enthousiasme s’est depuis  transformé en profonde amertume.

Faut réaliser que si ce n’était pas du fait que ma boss n’avait pas encore engagé un temps plein pour me remplacer, je serai sérieusement dans la merde! Du jour au lendemain je me serai retrouvé sans emploi, avec de quoi vivre pendant un mois, gros max!

Ironie du sort, je suis presque reconnaissant de ce qui s’est passé car, en toute honnêteté, j’aime mieux continuer à vendre des clous à des messieurs qui sentent le d’sous-de-bras, que d’être au service d’une compagnie froide et sans… humanité!

—————————-

Mise-à-jour

Vendredi, 22 Février 2012
Après mures réflexions, et cela 12 heures après la rédaction de ce billet, je crois finalement que le grand responsable de ce fiasco est « Daniel ». Après relecture, j’en viens à la conclusion qu’il a possiblement confirmé mon embauche avant même d’avoir eu le feu vert des ressources humaines.

Cela dit,  je me balance pas mal de savoir qui est le ou la « coupable ». Par contre, je tenais à rectifier le tir, histoire de ne pas tout mettre sur le dos de « Nancy » qui, à défaut d’être visiblement trop by the book, semble être la plus compétente du lot…

En passant, j’ai bien reçu les deux chèques ce matin, que j’ai détruits sur le champ.

Surprenant quand même de la part d’un bandit… 😉

Publicités

5 responses to “Ma vie en Technicolor

  • nicolejojo

    Totalement fou ce passage à tabac,,,à croire que tu as tué une personne sainte.Ya de la taloche qui se perd dans cette boite……….je suis encore sous le choc….heureusement que ta job est récupérée ouf…quelle galère .Parfois aller ds le pré tentant nous ouvre les narines de ce qui pue :LE mensonge et déni surtout de la part du /T’en fait pas ça va s’arranger :)…bordel il ya tu un cerveau normal le gars???? Choquant au possible…..tu as su te mesurer encore à un employeur Anormal et disfonctionnel :trop de personnel qui inter-communique pas entre eux…visiblement.Arf………suis pas triste…..mais en cliss
    Chapeau champion…..t’es fait fort et laisse pas les gens de cette espèce te laisser douter de ta valeur.
    Amitiés Chibouki….a la prochaine jasette…plus heureuse han?
    Nicole xx

  • Hélène Grenier

    Je suis triste pour toi, pis en meême je le sais pas.
    J’allais justement te dire de faire une demande de pardon,
    mais pour toi pas pour eux !
    Je te trouve tellement brillant et drôle,
    et doué et toute
    que je ne peux comprendre que cie ne te prenne pas sur la base d’une folie commise en au 16ième siècle !
    Entéka je suis sans doute pas une amie proche, mais j’ai beaucoup d,estime pour toi
    et je sais que tu aurais fait la job comme du monde !

  • nicolejojo

    Sacré bandit honnête………ça dû te soulager de les déchirer lolll.ya des choses dans la vie qui ne s’ach;etent pas :l’honnêteté est en une en fait.TE laisse mon chapeau….vivre tout cela et réussir et te tenir debout et droit devant l,ineptie de ce Daniel….perso je le met aussi en cause .
    Que la joie revienne ds ta vie….et bien de beaux projets aussi
    Nicole

  • nicolejojo

    je te laisse pas mon chapeau…mais je te lève lollll…bon week end

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :