Faut c’qui faut!

omelette

Nous somme dimanche soir et je m’apprête à écrire la première partie de ce billet. Je précise la chose. car le texte qui se trouve devant vos yeux ne sera publié que dans 24 heures.

Comme je le disais, nous somme dimanche soir et je suis nerveux. Nerveux car, ceux qui me connaissent, savent que je n’aime pas faire de vagues mais, comme le titre dudit billet l’indique, il faut ce qu’il faut.

A ma gauche, bien pliée dans une enveloppe, se trouve une lettre de démission que j’ai l’intention de remettre à ma boss/amie demain matin. Eh oui! Moi qui me suis plaint à plusieurs reprises via certains de mes billets d’en avoir marre de ma job, voilà que je passe à l’acte, quoique c’est la providence qui est venue à mon secours, car ma dernière (modeste) distribution de CV, qui date d’environ deux mois, n’avait strictement rien donné.

Le tout remonte à une dizaine de jours. Une amie m’envoi un message m’invitant à considérer un possible changement de carrière car, ayant déjà été une collègue de travail, elle connait mes compétences qui, veut veut pas, sont un atout pour le poste qu’elle veut m’offrir. Un meeting et plusieurs échanges de courriels plus tard, me voici en train d’écrire ces lignes.

Je suis nerveux car j’anticipe la réaction de ma boss. Primo elle ne l’a pas facile depuis quelques mois et, secundo, c’est une personne très émotive. Je sais qu’elle va sauter une sérieuse coche, mais bon… Il faut ce qu’il faut…

C’est sans parler d’un de mes collègues de travail qui, à condition que ma patronne soit partante, va devoir devancer ses vacances de quelques semaines, soit avant mon départ. Le connaissant, je sais qu’il ne sera pas content, surtout si elle décide de remettre ses vacances aux calendes grecques.

Je suis conscient que je ne devrai pas porter ce poids sur mes épaules et que ça fait parti de la game, mais bon.

Qui vivra, verra… 😉

Lundi 4 février 2013 – 19:47

A ma grande surprise, tout c’est bien déroulé! Ma boss a très bien réagit malgré les circonstances, et tout semble indiquer que mon collègue sera en mesure de prendre ses vacances au moment convenu. Faut dire que le fait que j’ai accepté de faire deux quarts de chiffres supplémentaire y est pour quelque chose… 😉

Pour ce qui est de la nouvelle job, car je suis conscient que je n’ai pas vraiment abordé la chose, il s’agit de faire de la programmation de métadonnées. Qu’est-ce que ça mange en hiver des métadonnées? Moi même j’aurai du mal à y répondre, car c’est pas mal nouveau pour moi tout ça. D’ailleurs, c’est un des incitatifs qui m’a incité à me lancer dans cette réorientation. D’ailleurs, je considère que cette invitation est providentielle, car moi le premier suis conscient que mes connaissances acquises pendant mes quinze ans dans le domaine de la post-production vidéo, soit treize chez Vision-Globale et deux chez mon ex/futur employeur, ne valent plus grand chose, compte tenu que l’évolution de la technologie, surtout depuis la révolution numérique.

Suis-je content? Oui! Car je dois admettre que j’en ai ma claque du service à la clientèle. Surtout dans un milieux, soit celui de la quincaillerie, où mes connaissances ne sont pas à la hauteur. Comme je dis souvent, ça devient lourd à la longue sur l’estime de soi d’être régulièrement pris à ne pas pouvoir répondre adéquatement à des petits messieurs pas-de-dents qui sentent le pipi. Bien que ladite description n’est malheureusement pas le fruit de mon imagination, je tiens à préciser qu’elle n’est pas représentative de la majorité de notre clientèle, mais bon… You get the point… 😉

Je dois admettre que je suis également inquiet car, veut veut pas, je me lance dans l’inconnu. Vais-je être à la hauteur? Est-ce que je fais une erreur? Étrangement, c’est en bonne partie cette insécurité qui m’incite à me lancer dans cette nouvelle aventure car, avec le temps, on dirait que je ne veux plus être prisonnier de ma zone de confort.

Au moins, quoiqu’il arrive,  je n’aurai pas à me dire « J’aurai donc dû! »… 😉

Advertisements

8 responses to “Faut c’qui faut!

  • sylvain

    bien content pour toi et je dit merde !!!!

  • Katia

    Ça prend beaucoup de courage pour choisir de briser un quotidien confortable, même s’il était déplaisant à maints égards. Le plus dur a été fait: partir. T’occupes pas de l’avenir, tu vas t’enligner pour mériter ton nouveau poste, quite à prendre des cours de perfectionnement. Tu ne seras ni le premier ni le dernier à le faire. C’est une fois sur place qu’on voit ce qui nous manque et on va chercher ces compétences. Vive le Chibouki New & Improved!

  • vegekat

    Bravo !!! Peu importe si tu aimeras ou non le nouveau poste que tu occupes, ce changement demeure positif !! Car tu n’aimais plus ton ancien boulot, alors là tu est lancé et un autre changement (si nécessaire) ne te fera plus aussi peur dans l’avenir. Et sortir de son confort, se mettre en position de déséquilibre, aide souvent à retrouver notre équilibre … 🙂

  • nicolejojo

    Allo bonsoir Chibouki.TU sais que je suis contente de te voir retourner à ton talent et aussi ce lien envers la caméra et tous les gadgets nouveaux.Tu débutes quand au juste ce boulot &?….ai hâte de voir et de lire ton contentement….l’avenir appartient à ceux et celles qui OSENT :donc tu en es
    Amitiés
    Nicole qui a retrouvé son password ….
    A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :