D’un fils à sa mère

(Note de l’auteur: Bien que la conclusion de cette affaire n’est plus un secret pour personne, j’ai décidé de ne pas changer le contenu de ce billet, intégrité oblige.)

—————————–

Bon ben that’s it, I am done! J’ai assez donné pour ce qui est de ce pauvre homme! Ça me déchire un peu de quitter le navire, mais je n’en peu plus!

Comme mentionné dans une de mes mise-à-jours sur mon billet dédié au mystérieux blessé de la 27e manif nocturne, toute cette histoire devient beaucoup trop lourde et malsaine pour moi. Mon moral s’en voit sérieusement affecté, tout comme mon seuil de tolérance qui, depuis quelques jours, est presque inexistant. Disons que c’est pas pratique quand tu travailles avec le public, surtout si ta job n’est pas toujours reposante. Ça peut avoir l’air con, mais mon plus gros reality check réside dans le comportement d’une de mes deux chattes qui, depuis deux jours, me fait savoir que je la néglige sérieusement.

Saurons-nous un jour le fin fond de cette histoire, j’en doute. Si les choses se sont produites comme je le crois, jamais la SPVM admettra quoi que ce soit, car son image déjà contestée en serait sérieusement entachée. Pouvons-nous espérer qu’une émission telle que Enquête fasse éventuellement la lumière sur ce qui s’est passé? Peut-être. Mais si la théorie (à laquelle j’adhère) à l’effet que les médias sont volontairement ou pas complices du mutisme de la SPVM s’avère vraie, je vois très mal un Alain Gravel, aussi honnête et intègre soit-il, dénoncer ses confrères.

D’ailleurs, en parlant de journaliste, j’aimerai faire part de mon point de vue pour ce qui est du billet de ce matin signé Patrick Lagacé. Dans ledit texte, les impressions de ce dernier sont que tout ça n’est qu’une légende urbaine, et que la « presse » (façon de parler) fait tout en son pouvoir pour localiser le manifestant en question.

Primo, en tant qu’une des premières personnes ayant partie ce bal, je peux vous assurer qu’il ne s’agit pas d’une légende urbaine. Au risque de répéter ce que j’ai déjà mentionné dans un autre billet, je ne suis pas un espèce de Richard Glenn qui voit des « p’tits gris » partout et des complots dans des boîtes de céréales. Jamais je ne me serais lancé dans cette galère si je n’était pas persuadé de ce que j’avance. D’ailleurs, si vous avez pris la peine de lire tout ce que j’ai écris sur le sujet, j’ose croire que vous, chers lecteurs, avez réalisés que je ne suis pas du genre à tout gober ce qui me passe sous les yeux, ce qui, je dois l’admettre, n’est malheureusement pas le cas de tous.

Secundo, pour ce qui est de l’affirmation de monsieur Lagacé à l’effet que « …le martyr, La Presse l’a cherché. La Presse le cherche encore! Imitée, sans doute, par d’autres médias montréalais. Sans trahir de secret d’entreprise, disons que nous déployons des trésors de ressources et d’imagination pour le trouver, le fantôme… », j’ai des doutes malgré ce qu’il affirme mais, est-ce possible qu’il dit vrai? Peut-être.

Peut-être que les médias ont, tout comme nous, étés victimes du mutisme de la SPVM mais, au risque de me répéter, j’en doute sérieusement. La réponse de Lagacé n’explique pas le fait qu’à peine deux jours après l’incident, soit le 22 mai, toutes mentions de cet incident était inexistantes,  outre l’article de La Presse publié le soir même et, encore là, il faillait avoir le lien pour le trouver! Pourtant, au moment de l’agression, des images de la scène en question étaient diffusé en loop sur la majorité des chaines. D’ailleurs, un article sur le site de TVA où on parle de cette 27e manifestation qui, soit dit en passant, a été publié le 20 mai mais, détail qui pourrait avoir son importance, fut modifié le 21 mai au matin, ne fait aucunes allusions, autant au niveau du texte que de l’audio, à l’incident en question. Pourtant, certaines images de l’incident sont présentes dans le montage vidéo qui accompagne l’entretien entre Claude Poirier et le porte parole de la SPVM Ian Lafrenière, soit de 6:00 à 6:35 (voir montage de capture d’écran ci-dessous).

Pour conclure sur cet article, pour une publications qui, selon les dire de notre ami, déploie « des trésors de ressources pour trouver le fantôme », il est plutôt curieux de dénoté l’absence d’image de la victime en mortaise, surtout que la photo la plus « populaire » a paru, originalement, dans La Presse…

Est-ce une preuve qu’il y a complicité des médias? Non. Mais, à mes yeux, tout semble pencher de ce coté. D’ailleurs, avant de changer de sujet, jetez un coup d’oeil à ce reportage (info très précieuse trouvée sur ce site), précisément entre 3:35 et 4:10 et, après ça, venez me dire que mon hypothèse de la complicité de la presse pour « effacer » toutes traces dudit incident n’est le fruit que de mon imagination. En guise de référence, vous pouvez toujours comparez l’audio avec ce clip amateur qui, soit dit en passant, n’est pas facile à regarder.

Cela dit, quelques minutes avant de m’installer pour écrire ce billet, je me suis posé une question. Pourquoi? Pourquoi me suis-je entêter, et cela malgré une indifférence casi-totale (du moins lors des premiers jours) à communiquer mes inquiétudes/observations à vous, cher lecteurs? Pourquoi est-ce que cette histoire me ronge tant de l’intérieur? Pourtant, je ne connais pas la victime. Je n’ai pourtant rien d’une Mère Thérésa. Même que je donne rarement de l’argent aux itinérants. Donc pourquoi ce dévouement pour un pure inconnu?

Petit flashback: J’ai eu la malheur de perdre ma mère alors que je n’avais que 11 ans. Dépressive et victime de schizophrénie occasionnelle, elle s’est enlevé la vie en s’immolant dans le chalet de mes grands parents. Plusieurs années plus tard, en fouillant dans la paperasse de mon père, je suis tombé sur le certificat de décès de ma mère, où il était mentionné que sa mort était dû à « une ou plusieurs personnes », alors que la version officielle était, comme précisé ci-haut, qu’il s’agissait d’un suicide.

Quelques jours plus tard, alors que je m’engueulais avec mon père sur un sujet qui m’échappe, à courts d’arguments, je lui ai lancé un truc du genre « Ben en tout les cas, je sais que maman ne s »est pas suicidé! ». Suite à un très long silence, il a arrêté la voiture et m’a soudainement dit quelque chose comme « Tu sais l’argent que tu me dois (quelque part dans les 3 chiffres, c’est très vague), ben oublie ça! Je te le donne! ».

Quelques minutes plus tard, au moment où je sortais de la voiture, il m’a dit « En passant, pour ce qui est de ta mère, à ta place j’essayerai de ne pas en savoir plus. » . Ne sachant pas trop s’il il s’agissait d’un « avertissement », la crainte m’a gagnée et, outre quelques démarches futiles, je n’ai pas assez d’en savoir plus. Pas que je craignais mon père, mais s’il s’agissait vraiment d’un meurtre camouflé en suicide, je me suis dit qu’il était préférable que je me tienne tranquile.

A ce jour, soir plus de 30 ans plus tard, je ne sais toujours pas ce qui s’est vraiment passé. La seule fois où j’ai, en tant qu’adulte, confronté mon père à ce sujet, il m’a alors dit qu’il ne savait pas de quoi je parlais, et qu’il n’avait aucun souvenir de la conversation en question. Malheureusement, alors qu’il est maintenant presque incapable de former des phrases cohérentes, je crois que toute chance de connaitre la vérité est presque inexistante.

Maintenant que je m’apprête à mettre un stop à ma quête de découvrir et, surtout, rendre public ce qui est advenu de notre blessé du 20 mai, je réalise avec le recul que l’histoire entourant la mort de ma mère fut, probablement, une motivation inconsciente à tenter de percer ce mystère. Pas une motivation qui juge ou influence mon jugement, mais une motivation qui m’a incité à ne pas abandonner, alors que les encouragements étaient très rare.

D’ailleurs, bien que cet espèce d’indifférence m’enrageait au départ, j’en suis venu à la comprendre un peu. Avec le recul, si je regarde tout ça d’un oeil extérieur, je me dois admettre que cette histoire semble improbable. Que l’idée que les médias participent, directement ou indirectement à ce qui semble être un « cover-up » pour couvrir les arrière de la SPVM, semble sortir tout droit d’un film arrangé avec le gars des vues. J’imagine qu’être dans vos souliers j’aurai la même réaction, sauf qu’il y a une différence entre vous et moi, j’étais là! Pas en chair et en os, mais tout de même en temps réél, gracieuseté d’un reportage « live » à RDI. J’ai vu le pauvre homme écrasé sur le sol. J’étais là quand la journaliste a affirmé que ça faisait près de 20 minutes qu’il gisait inerte! J’ai vu qu’il n’a jamais démontré signe de vie alors qu’il fut installé sur une civière et hissé dans l’ambulance!

Pour conclure, je vous laisse avec une capture d’écran du statut que j’ai écris le soir du drame sur mon compte Facebook et, là-dessus, je me retire de ce « dossier », histoire de retourner à mon bon vieux confort qui commençais à me manquer, soit en allant liker des vidéos de chats qui jouent du piano… 😉

PS: Inutile de m’informer que l’identité de l’homme serait un certain Sébastien Tranchard, car cette « information/témoignage » circule depuis hier, et je n’y crois pas plus que les précédente.

Même si j’aime bien Amir Khadir, le fait qu’il « endosse » ladite rumeur ne change rien en mon opinion de celle-ci. (oups…)

Over and out!

PS: Je vous ai menti, ce n’est pas « Over and out », car il y a un développement majeur. Cliquez ici!

Publicités

7 responses to “D’un fils à sa mère

  • nicolejojo

    Bonsoir mon ami..je crois tes visions ,elles n’ont pas été inventées et je suis certaine que le lien de chercher des réponses est totalement relié à ton passé difficile.Tu te tiens debout…suis si fière de toi )) .L’idée d’un complot ou abus de pouvoir de la SPVM ne m’étonne pas car le pouvoir de l’argent achète tout et tous.Je puis juste te révéler que l’histoire du « Fantôme » me rejoint en ce sens qu’une jeune collègue de travail de ma fille junior(physiothérapie)…a eu ce soir là à subir elle et son copain de durs coups de la SPVM…elle pleurait au téléphone auprès de ma fille RH…lui disant qu;elle avait le visage tuméfié…et que son copain aurait une fracture du crâne mais elle ne savait même pas ds quel hopital il avait été shippé…alors ya de fameux liens…même jour…la fille est ds fin vingtaine….alors je tenterai ‘en savoir plus …question de vider cet abcès.Je trouve triste que tu sois sans réponse pour ta mère (( fort possible que le suicide ne permettait pas un enterrement catholique……j’espère juste avoir un peu raison pour ta douleur.
    On se jase quand tu veux….en Twitter suis nulle car je sais pas quand Twitter ou Retwitter …et je reçois avis pas émail….donc je viendrai ici te jaser ou en hotmail.
    Bisous et que le repos soit de la partie :ta chattoune a bien raison de te crier ap`res.
    Bisous
    Nicole xxx

    • Le chibouki frustré

      Un gros merci ma chère! Un tel support est toujours apprécié!:)

      • nicolejojo

        Bah ce n’est pas difficile de venir t’aider….tu demandes rien et tu es un homme intègre et si précieux.Pour ta maman…possible qu’une tante ou un oncle puisse t’éclairer ou pas? me semble que la vérité pourrait t’apaiser et elle aussi .Je prie à ma façon mon ami…tu auras des réponses …ta transformation est en route…visiblement ya pas de hasard dans la vie mais que d’heureuses rencontres semble-t-il.
        Amitiés
        Nicole …on se tient les pouces 🙂

      • Le chibouki frustré

        Bof… Naan… J’en avais parlé à la famille à l’époque, et la chose à tellement été mal accueilli que j’ai été pendant près de 20 ans sans les voir.

        D’un coté j’aimerais savoir mais, d’un autre coté, ça changerai rien à ce qui s’est passé.

        Cela dit, dans l’ensemble, je suis relativement en paix avec le fait de ne pas avoir de réponses de ce coté… 🙂

  • Olivier Contant

    Je trouve suspicieux que la police ne coopère pas plus que ça pour donner des informations de l’homme dont toute la province est à la recherche. S’ils sont de bonne foi, ils ont de drôle de façon de créer le doute dans l’esprit des gens.

    Personnellement, je ne croirais pas les mots des instances qui ont des intérêts dans le dossier. J’attendrais d’avoir l’information venant d’une source totalement neutre.

    D’ici là, notre rôle à nous est d’accumuler les informations, tenter de les valider et faire ressortir la vérité. Si la SPVM dit la vérité, qu’elle le prouve. C’est comme ça que ça marche.

  • citizenzoo

    Ayant maintenant pris connaissance de la une de La Presse et des bulletins d’information de ce 30 mai, nous avons donc maintenant une partie des réponses à nos questions. Tant mieux si Sébastien s’en est tiré à si bon compte. Le moins que l’on puisse dire est qu’il est très chanceux, compte tenu des coups reçus.

    Mais, à mes yeux, le problème n’est pas entièrement résolu et de loin : il reste au SPVM à enquêter sur la violence exercée contre Sébastien et à prendre les mesures nécessaires contre les policiers impliqués dans cette affaire. Il est clair pour tout le monde que cette histoire ne se termine pas maintenant que nous savons qui il est et comment il se porte. Il y a deux policiers qui doivent répondre de leurs actes et vite, avant qu’ils ne récidivent. L’agente 728 était déjà un cas de trop dans cette catégorie.

    Quant à vous, je vous félicite pour la diligence que vous avez démontrée afin de faire connaître cet incident et afin qu’il ne tombe pas dans l’oubli, ainsi que pour votre ténacité à vouloir faire éclater la vérité. Je veux également souligner votre humanité face à, vous l’avez dit vous-même, ce pur inconnu pour qui vous avez voué temps et énergie afin que le temps, justement, n’enterre pas ce qui est arrivé ce 20 mai. Beaucoup se sont intéressés à ce cas par pur opportunisme ou par désir de sensationnalisme. Mais pas vous. Vos efforts étaient gratuits et d’autant plus méritoires, et votre générosité vous sera un jour rendue, j’en suis certain.

    Je vous remercie de tout cela et je suis fier d’avoir fait partie du même combat que vous à l’intérieur de cette « enquête citoyenne ». Reposez-vous maintenant, vous le méritez bien… et vos chats aussi !

    p.s. : Votre mère serait fière de vous.

    • Le chibouki frustré

      Merci beaucoup pour ton commentaire qui me touche beaucoup!

      D’ailleurs, je viens de publié un dernier billet sur cette affaire qui, et nous serons d’accord là-dessus, mérite réflexion.

      Encore une fois merci et, soit dit en passant, tu peux me tutoyer! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :