C’était le bon vieux temps…

Suite à la lecture d’un article clamant (avec raison) la mort à court terme des formats DVD et Blu-Ray résultant, entre autre, de la popularité grandissante de sites de visionnement tels que Netflix, Crackle, et j’en passe, je réalise que j’en ai eu de la chance.

Je me souviens de cette époque pas si lointaine où, en tant que cinéphile, mes seuls recours pour combler mes besoins étaient soit le cinéma, ou la télévision.

Quand je dis « télévision », je ne parle de chaînes spécialisés genre « Super Écran » ou « The Movie Network », mais plutôt de nos bonnes vieilles chaînes publiques, genre « le 2 » (Radio-Canada), « le 12 » (CTV) ou « le 10 » (Télé-Métropole ou, si vous préférez, TVA). J’ai omis volontairement « le 6 » (CBC) et « le 17 » (Télé-Québec où, à l’époque, Radio-Québec) car, à mes yeux d’enfants, ils ne présentaient que des maudit films plates!! J’ai bien dit à mes yeux d’enfants… 😉

Vous pouvez cliquer sur l'image pour la voir dans un format plus grand.

Faut également réaliser qu’à l’époque, ça pouvait prendre (il me semble) entre deux et trois ans avant qu’un film passe à la télévision et, bien souvent, il était « censuré », autant pour des raisons d’accessibilité auprès d’un public de tout âge, que pour des questions de grille-horaire, histoire de laisser de la place aux publicités.

Pour ce qui est des cinémas, c’était Noël à l’année longue, car à cet époque, c’était généralement des programmes doubles (voir la publicité de Benji ci-haut), soit une nouveauté accompagnée d’un film beaucoup moins récent. Pour les futurs fanboy dans mon genre il y avait encore mieux, soit certaines salles qui, les weekends, présentaient « 4 films pour une piastre »! Étant donné que le public visé se situaient visiblement entre 7 et 14 ans, il s’agissait généralement de films de monstres, science-fiction, ou de comédies.

Vous pouvez cliquer sur l'image pour la voir dans un format plus grand.

Sauf que tout ça a changé lors de la parution des magnétoscopes et des films pré-enregistrés sur cassettes, soit sur format VHS ou, pour les malchanceux ou/et certains puristes, en BETA. Mon dernier commentaire fait référence que la durée d’enregistrement d’une cassette BETA était moindre, mais la qualité d’image était supérieure.

Dès lors, les films « moins récents » étant dorénavant disponible à la location (à l’époque, il me semble que ça prenait environ 6 mois avant qu’un film soit disponible sur cassette), les cinémas ont progressivement arrêtés de programmer des programmes-doubles, et la dizaine de salles spécialisées dans les matinées de films (genre les quatre films pour un dollars), ont éventuellement fermés leurs portes,

Suite à cela, soit une quinzaine d’années plus tard, nous avons eu droit à l’apparition du DVD, et vous connaissez la suite. Prendre note que je n’ai pas inclus les autres format vidéo, tel que le « disque vidéo » ou le « disque laser », car ils n’ont jamais étés adoptés par monsieur et madame tout-le-monde.

Pourquoi cet historique improvisé, pour la seule et simple raison que je réalise que je suis chanceux. Chanceux d’avoir été témoin de tout ces changements!

Chanceux d’avoir eu la chance de connaitre le plaisir de me taper quatre films de Godzilla pour une piastre dans des cinémas qui, à défaut d’être tout-croches, étaient charmants!

Chanceux d’avoir connu la période pré-vidéos où je scrutais le TV-Hebdo à la loupe, et avais compris que les films les plus divertissants étaient généralement cotés 7.

Chanceux d’avoir expérimenté cet aire où, en tant qu’adolescent, je faisais des soirées disco à la maison avec mon bon vieux pick-up (terme à l’époque désignant un tourne-disques) où on pouvait empiler plusieurs 33 tours les uns par-dessus des autres, histoire qu’ils « joussent » un après l’autre.

Dans le même ordre d’idées, chanceux de m’être fait chier je ne sais pas combien de fois, à essayer d’insérer l’osti de cossin jaune pour pouvoir faire jouer mes 45 tours.

Chanceux d’avoir connu ce moment où une console vidéo se limitait à jouer à Pong!

Il va de soit que je pourrais continuer ainsi pendant des heures, mais je crois que vous avez compris l’essence de mon message… 😉

Publicités

One response to “C’était le bon vieux temps…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :