Juste une dernière chose madame…

Désolé, mais j’ai rien de bien croustillant à vous raconter. La physio se déroule bien et le moral est pas si pire.

Je dis « pas si pire » car, depuis une semaine, il m’arrive d’être à cran. En fait, quand j’y pense, il m’arrive d’avoir des bursts de bonne humeur, tout comme il m’arrive d’avoir des sautages de coche qui, bien souvent, sont pour des niaiseries.

Qu’est-que ça cache? Comme d’habitude j’en sais rien, mais bon… 😉

Sur un autre ordre d’idée, je viens tout juste de terminé le dernier épisode de la troisième saison de la série Breaking Bad, et cela à mon grand regret car, primo, les auteurs de la série nous ont laissé sur un méchant cliffhanger et, secundo, j’ai l’impression que je vais devoir attendre un petit bout avant l’éventuelle sortie sur DVD de la quatrième saison.

Vous n’avez jamais entendu parler de cette série qui, pourtant, a rafflé plusieurs prix? Ne vous en faites pas, car elle est assez méconnu du grand public. D’ailleurs, j’en ignorais l’existence avant la parution sur DVD de la première saison. Intrigué par l’intrigue de base et les bonnes critiques, j’ai pris le risque de le commander pour le club vidéo où je travaille et, en toute honneteté, c’est l’un de mes meilleurs wild guess!

Histoire de faire une longue histoite courte sans trop en dévoiler, Breaking Bad raconte l’histoire l’un prof de chimie sans histoire qui, du jour au lendemain, apprend qu’il est atteint d’un cancer et que ses jours sont comptés. Désireux de s’assurer que sa femme et son fils ne manqueront de rien après son « départ », il décide de se lancer clandestinement dans la production/distribution de stupéfiant et cela assisté d’un jeune délinquant peu discipliné.

Cela dit, Breaking Bad ne se résume pas qu’à ça. Oh que non! Bien qu’il s’agit effectivement de la trame de fond, les auteurs de la série ont visiblement à coeur l’évolution de leur oeuvre et, contrairement à la plupart des séries, évitent de tomber dans ce que j’appelle le syndrome Columbo.

C’est quoi ça le syndrome Columbo? Histoire de faire une longue histoire courte, lors de la deuxième série de films de Columbo qui fut produite 20 ans après la création du personnage, notre lieutenant préféré avait la même voiture, le même trench coat fripé et les même habitudes ce qui, à mes yeux, n’a aucun bon sens. Pourquoi une telle décision, visiblement un move de pute de peur de déplaire au public. Comme dirait le groupe rock Kiss, « You want the same, you get the same! ». Un autre exemple d’une série victime de ce syndrome est X-Files. Que Scully soit septique vis-à-vis le paranormal au début est ben correct. Sauf qu’après neuf saisons où elle fut soit témoin ou victime d’évènements dignes de la séparation des eaux par Moïse, me semble que ça change ta perception des choses!  😉

Heureusement, pas de cela dans Breaking Bad. Les situations et la personnalité des personnages changent, des fois positivement, des fois négativement, mais jamais d’une façon prévisible et, surtout, c’est généralement crédible et très réaliste.

Un autre aspect que j’adore de cette série réside dans le fait que nous n’avons pas droit à des intrigues secondaires, comme c’est le cas dans la plupart des séries. Bien qu’il y a pire, c’est un aspect que je n’aime pas dans Dexter. Le titre du show est « Dexter »!! Je me fous des histoire de culs de Deb, tout comme de la relation de Angel et LaGuerta! Si c’est relié à l’intrigue, fine! Sinon, give me a fucking break et get to the point!

Pour conclure, la plus grande qualité de Breaking Bad réside dans son écriture qui, somme toute, est à fois sobre et intelligente. Pas « intelligente » dans le sens de « songé » ou « intello » (comme peuvent l’être les dialogues dans un film de Woody Allen ou de Quentin Tarantino), mais « intelligente » dans le sens de crédible et réaliste. J’adore les dialogues de Allen et Tarantino, mais peu de monde parle comme ça dans la vie.

Somme toute, une série exceptionnelle (sur près de 40 épisodes, il n’y en a qu’un que je n’aime pas) que je recommande fortement! Pour ceux que ça intéresse, les trois premières saisons sont disponibles en vidéo et, pour ceux qui ne sont pas bilingue (les DVD ne comporte que des sous-titres français), la première saison de Breaking Bad: Le Chimiste sera diffusé à l’antenne de AddikTV dès la fin octobre!

A+

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :