La vie continue…

Le moral se porte beaucoup mieux. La boule dans ma gorge s’est largement dissipée, bien qu’elle revient me faire des clins d’oeil lorsqu’il m’arrive de parler de ma défunte amie. A vrai dire, ça me rassure de constater que la boule en question n’est pas entièrement disparue. Ma carapace est moins épaisse qu’il me le semble, quoique pas autant que je le souhaiterais.

En fait, comme vous avez pu le constater lors de mon avant dernier billet, le retour à ma vie de tout les jours a été difficile. J’imagine que ce genre de remise en question est normale lorsque nous perdons un être cher, mais tout d’un coup, je trouvais que ma vie était d’une platitude magistrale. Faut comprendre que je revenais d’une fin de semaine intense, où le contact humain et les émotions étaient au rendez-vous et que, tout d’un coup, ma seule préoccupation était de trouver un statut sur mon Facebook qui, avec de la chance, génèrera quelques commentaires. En fait, j’ai l’impression de gaspiller ma vie, alors que cette dernière peut nous faire faux bond à tout moment.

Est-ce que je veux vraiment passer le reste de mon séjour sur terre à ne pas profiter des 10, 20, ou 30 années que j’ai devant moi? En fait, je me sens comme quelqu’un qui est en voyage mais qui, au lieux de s’amuser, reste dans sa chambre d’hôtel à regarder Call TV. Certains diront avec raison que je suis un peu sévère à mon égard, mais je crois que vous saisissez le noyau de mon malaise.

J’en suis venu à la conclusion qu’il est temps que je sorte de ma zone de soit-disant confort. Je ne parle pas du confort qu’on ressent lorsque nous prenons un bon bain chaud après avoir fait du ski pendant 8 heures, ni celui que nous éprouvons en se glissant dans notre douillette alors qu’il fait -30 dehors, mais plutôt du « confort » d’être écrasé chez soi à ne rien faire, ou le « confort » de ne pas risquer de se casser la gueule en abordant une grande policière blonde nymphomane plantureuse qui porte des broches. Enfin… Vous comprenez ce que je veux dire… 😉

Cela dit, je suis conscient que Rome ne s’est pas construite en un jour. C’est pour cela que je vais procéder étape par étape. D’ailleurs, le processus est déjà commencé. En fait, mon premier move a été d’annoncer à mon colocataire qu’il a jusqu’au 1 septembre pour se trouver un nouveau toit. Pas un mauvais bougre, mais pas le grand amour non plus. Histoire de ne pas le blesser, j’ai opté pour un mensonge blanc pour justifier ma décision, ce qui a très bien passé. En fait, je crois que ça fait presque son affaire, car les choses semblent bien se passer entre lui et sa nouvelle compagne.

Dans un deuxième temps, je vais me rapprocher des gens que j’aime. Dans mes relations, j’ai toujours été du genre passif. N’étant pas fonceur de nature, j’attends que le téléphone sonne, plutôt que d’organiser quoi que ce soit. Je ne dit pas que ça ne m’arrive pas de temps à autre, mais disons que les occasions sont aussi nombreuses que les bonnes performances de Mahée Paiement.

Dans un troisième temps, je vais m’investir beaucoup plus dans ma future exposition de photos sur laquelle je travaille depuis plus d’un mois. Pour ceux qui l’ignore, mon amie Isabelle a réussi à me convaincre de passer à l’action, et cela après presque deux années à me harceler à m’encourager. 😉

Suis-je mûr pour une exposition? Je ne saurais dire, mais si j’attends de l’être, ça risque d’être très long…

Pour le reste, on verra dans le temps, comme dans le temps.

Là-dessus, je vous souhaite une bonne nuit!

Bisous et/ou accolade!

Martin

Advertisements

7 responses to “La vie continue…

  • Isabelle

    La policière… Je l’avais oubliée !

    🙂

  • Le chibouki frustré

    Moi aussi… 😉

    En fait, au départ, j’avais écrit « grande blonde nymphomane plantureuse qui porte des broches », mais j’avais le pressentiment d’oublier un détail… 🙂

  • Eric Lavoie

    Chaque périple doit commencer par un pas, Martin. Va pour une bonne marche!

  • Zoltan

    Martin,
    10, 20 ou 30 ans… Quand même ! Tu crois crever aussi tôt?
    Je sais que la vie nous réserve des surprises (bonnes ou mauvaises) mais quand même ! J’exige plus de positivisme de ta part.
    Deuxiemement : T’as jamais fait 8 heures de ski dans ta vie.
    troisimement : Tu trouves ta vie magistalement plate ? Eh bien je suis bien content que tu fasses ce constat.
    Pour donner du piquant a ta vie, pas besoin de tout sacrer là et de prendre des photos ua mexique avec ton sac a dos.
    Il suffit de te donner un ti coup de pied au derriere pour que tu fasses des choses un ti peu différentes. De ne pas hésiter a téléphoner quelqu’un de peur de le/la déranger.
    Tsé Martin, c’est toi le maitre de ton univers. Tu en fait ce que tu veux. Oui oui, je sais ; C’est plus facile a dire qu’a faire. Ben justement au lieu d’en parler, faut que tu le fasses.
    J’fais ti du sens moé là là ?
    En tous cas, je te sens dans la bonne voie mon Martin.
    Tu vois Mahée Paiement en policiere plantureuse avec des broches sur le coin de la rue ? Bin fait attention à toi et cours dans l’autre direction.
    You get my drift right ?
    Zoltan.
    xoxoxo

    • Le chibouki frustré

      Je suis entièrement d’accord avec toi Zoltan, d’ailleurs, ce que tu dis correspond pas mal au virage que je décris dans mon billet.

      Tu as tord sur un aspect par contre… j’ai déjà fait une méga longue « ride » de ski. On parle de 6 à 8 heures… Mais ça fait près de quinze ans… 😉

  • Zoltan

    Ah ouin ! Ah ben excuse moi. Je t’ai sous-estimé comme ça, gratuitement.

    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :